L'Italien Bortolotti évite une sanction pour dopage involontaire

ETLe joueur de tennis italien Marco Bortolotti, classé 355e en simple et 99e en double, a été innocenté dans l'affaire de dopage dans laquelle l'a accusé l'Agence internationale pour l'intégrité du tennis (ITIA).

Bortolotti a été accusé d'avoir consommé du clostebol, une substance interdite, après un test réalisé en octobre dans un Challenger à Lisbonne. Le joueur italien n'avait pas de prescription médicale pour prendre cette substance.

Le 5 février de cette année, Bortolotti a admis que le clostebol était présent dans son organisme, mais Il a expliqué que ce n'était pas intentionnel et a témoigné que cela était dû à une contamination involontaire.

Le test a été examiné dans un laboratoire au Canada et il a été déterminé que la concentration de clostebol trouvée dans l'échantillon d'urine, sur la base de critères scientifiques, a confirmé que l'explication du joueur de tennis était crédible. Bortolotti ne subira aucune sanction pour cette affaire, même s'il a perdu les points et l'argent gagnés lors du Challenger de Lisbonne.

Le dernier cas de contamination avéré, celui de Halep

Il faut rappeler que le dernier cas très médiatisé d'une joueuse de tennis ayant démontré que son test positif était dû à une contamination était celui de Simona Halep. La femme roumaine, qui avait la substance roxadustat dans ses urines, a démontré que cela était dû à la consommation d'un supplément contaminé.

Après avoir initialement reçu une sanction de quatre ans, Halep a fait appel devant le TAS, qui a statué en sa faveur et a réduit sa peine à 9 moisPour ce que Il est revenu jouer dans le tournoi de Miami.