Ro Open : Stan Wawrinka : « Que Nadal soit ambassadeur du tennis en Arabie Saoudite est une bonne nouvelle »

Stan Wawrinkanuméro 67 du classement à 38 ans, s’assoit avec MARCA pour parler de son parcours, de son amitié avec Roger Federer et même de la signature de Rafael Nadal comme ambassadeur du tennis en Arabie Saoudite.

Demander. Vous jouez pour la première fois au Brésil et en Ro.

Répondre. Oui, et j’espère que les conditions ne seront pas un problème car je viens de jouer à Buenos Aires et d’autres années j’ai été à Acapulco. Cela faisait longtemps que je n’étais pas allé en Amérique du Sud et, à ce stade de ma carrière, je choisis les tournois que je veux.

Q. Pour la première fois dans l’histoire, il n’y a pas de top 10 du revers en solitaire comme vous.

R. Pendant 20 ans, nous avons eu la chance d’avoir Federer là-bas. J’ai aussi commencé à jouer avec le revers à deux mains et à 11 ans, j’ai changé pour un seul parce que je ne sentais pas que c’était ma frappe naturelle.

Rafa a fait et fait beaucoup pour le tennis avec ses académies

Q. Vous avez déjà votre diplôme et vous jouez toujours. Qu’est-ce qui vous pousse ?

R. J’essaie d’en profiter autant que je peux. Peu importe les titres que vous avez gagnés ou le montant d’argent dont vous disposez. Je continue à jouer parce que j’aime ce que je fais. Il est peut-être vieux en tant que joueur de tennis, mais pas en tant que personne. L’année dernière, j’ai terminé dans le top50 et c’est pour moi une réussite. J’ai eu une blessure importante, mais petit à petit, j’accélère.

Q. Vous avez remporté trois titres du Grand Chelem à l’époque du Big Four. Est-ce que ça a plus de valeur ?

R. Je ne suis pas celui qui dit s’il faut lui donner plus de valeur, mais je sais à quel point il a été difficile de gagner avec Federer, Nadal et Djokovic lors des tirages. Je suis très fier de tout ce que j’ai accompli.

Je suis heureux d’avoir joué à la même époque que les meilleurs

Q. Auriez-vous préféré jouer à une autre époque pour avoir plus de chances de gagner ?

R. Je suis heureux d’avoir pu jouer contre les meilleurs de l’histoire. Nadal, Federer et Djokovic ont été les meilleurs joueurs de tennis jamais vus. C’était un défi de les relever ainsi qu’une satisfaction.

Q. Vous avez remporté l’Open d’Australie en 2014. Un an plus tard, vous avez gagné à Roland Garros et plus tard à l’US Open. Avez-vous déjà pensé de manière réaliste que vous pourriez également gagner à Wimbledon et terminer le « Grand Chelem » ?

R. J’ai toujours été très loin de pouvoir gagner à Wimbledon. Mon meilleur résultat là-bas a été un quart de finale. C’est vrai aussi que je n’aurais jamais pensé gagner à Roland-Garros, en Australie et à l’Open des États-Unis.

Q. Vous êtes ami avec Roger Federer. Parlent-ils régulièrement ?

R. Oui, on parle parfois, mais pas de tennis.

Je parle encore à Federer, mais pas de tennis

Q. Avec la présence de Carlos Alcaraz et Jannik Sinner, l’avenir du sport de raquette est-il assuré ?

R. L’avenir du tennis sera toujours garanti car après une génération vient une autre. Il y aura des jeunes qui viendront avec quelque chose de nouveau et de spécial à offrir. Le tennis est au-dessus de tout nom. C’est incroyable de voir comment jouent et se comportent Alcaraz et Sinner, qui sont de grands champions malgré leur jeunesse.

Q. Êtes-vous d’accord avec l’affirmation selon laquelle Alcaraz possède un mélange des « Trois Grands » ?

R. Quand on est si bon à un si jeune âge, on a bien sûr un mélange des meilleurs. Mais en fin de compte, Alcaraz est Alcaraz et Sinner est Sinner. Les deux ont déjà remporté des tournois du Grand Chelem et ont entamé une rivalité.

P. Novak Djokovic compte 24 tournois majeurs, deux de plus que Nadal et quatre de plus que Federer. Le débat sur qui est le GOAT est-il terminé ?

R. Djokovic est en avance sur les autres dans toutes les statistiques.

Q. Comment aimeriez-vous qu’on se souvienne de vous ?

R. Je ne sais pas comment ils se souviendront de moi, mais j’ai donné tout ce que j’avais en moi. Avec passion, vous allez toujours plus loin.

Quand tu es aussi bon qu’Alcaraz, tu as un mélange de tout

Q. Vous n’avez qu’un an de plus que Nadal. Comprenez-vous qu’il souhaite continuer à jouer malgré la blessure à la hanche survenue après un an hors du terrain ?

R. Rafa est un grand champion et il a déjà été blessé auparavant et est revenu. Peu importe ce que vous avez gagné ou combien d’argent vous avez, si vous ressentez cette passion, vous voulez continuer. A Brisbane, il jouait à un haut niveau avant de se blesser à nouveau. S’il est en bonne santé, il sera un danger pour tout le monde et un candidat aux grands titres.

Q. Le considérez-vous comme le grand favori pour conquérir à nouveau Roland Garros ?

R. Si vous êtes en bonne santé, vous serez toujours l’un des favoris où que vous alliez. Il manque des jeux. Il a gagné tellement de fois à Roland Garros qu’il sera toujours le favori. Personne ne connaît mieux le tournoi.

Q. Que pensez-vous de l’arrivée de l’Arabie Saoudite dans le tennis ?

R. Nous verrons jusqu’où ils iront, mais il y a toujours des aspects positifs. Ils ont commencé à parier massivement sur d’autres sports et veulent maintenant le faire sur le tennis, les joueurs actuels et les plus jeunes. J’espère que votre présence sera bénéfique à tout le monde.

Q. Au mois de janvier, vous avez annoncé Nadal comme votre ambassadeur. Comment le valorisez-vous ?

R. Rafa Nadal est l’un des meilleurs de l’histoire et s’il est votre ambassadeur, c’est une bonne nouvelle. C’est un grand champion et une bonne personne, qui a fait et fait beaucoup pour le tennis, comme avec ses académies. Que quelqu’un comme lui travaille à faire ressortir les joueurs est une très bonne chose.